Agence événementielle, location structures gonflables enfants - particuliers & professionnels

Livraison La Rochelle 17, Niort 79 et Vendée 85

MENU

Des familles qui se redécouvrent

Bonjour à toutes et à tous,

Comme nous, vous vivez une situation inédite et exceptionnelle. Le confinement dure depuis 1 semaine pour toute la France. Les écoles sont fermées et les commerces non essentiels le sont également. Nous n’avons jamais vécu cela, et il est bien normal de se poser des questions et de prendre soin de sa famille. Partageons quelques réflexions ensemble...

Des liens familiaux qui se resserrent progressivement

La première conséquence du confinement est le resserrement des liens familiaux. Comme nous sommes contraints de vivre ensemble presque 24h/24, sans pouvoir sortir et créer du tissu social, il faut apprendre (ou réapprendre) à se connaître et se reconnaître. Cette situation n’est pas facile pour toutes les familles. De nombreuses personnes avaient leur vie, leur jardin secret, leurs activités personnelles en dehors de la cellule familiale. Entre les enfants qui allaient à leurs activités sportives, Papa qui fait son footing le matin, Maman qui ne manque jamais son cours de Yoga avec les copines, tout le monde a son petit train de vie quotidien. On se croise pour les repas, avant d’aller dormir ou pendant les activités communes.

Tout cela est désormais terminé. Chacun doit composer son espace de vie et de temps avec les membres de sa famille. On va apprendre à apprivoiser nos propres sentiments, nos états d’âme (qui seront nombreux dans les jours à venir) et nos vies en entier. Au fil des jours, nous allons devoir nous voir tous les jours, presque à chaque minute, et surtout à nous accepter tel que nous sommes.

Les liens familiaux vont alors se construire sur ces aspects. Nous allons progressivement tisser de nouveaux liens familiaux, accepter notre empathie personnelle, et partager des moments qui auraient été impossibles en temps normal.

Les sentiments et les personnes, deux façons de vivre

Apprivoiser ses propres sentiments n’est pas déjà une chose aisée en temps normal, alors en temps de crise, imaginez les dégâts qui pourraient être occasionnés. Les familles découvrent l’empathie ainsi que l’auto-empathie. Il est donc important, dans un moment de confinement dont on ignore la durée de mettre en place quelques petits rituels afin de se sentir bien et de pouvoir profiter des moments calmes en famille, mais aussi des moments de tempête.

L’auto-empathie, c’est rester à l’écoute de soi-même, accueillir ses propres sentiments. C’est un temps que l’on s’accorde à soi, en autonomie, et en solitaire. Il est donc extrêmement important que chaque membre de la famille puisse se retrouver seul à un moment dans la journée pour faire le point sur lui-même, profiter de son temps pour respirer, penser, danser, chanter, s’écouter, se dire oui à soi-même. Chassez la culpabilité de ne pas faire autant de choses que vous avez envie, mais également de ressentir ce que vous ressentez.

Vous vous sentez triste ? Fatigué ? Joyeux ? Ok, oui, c’est vrai, je ressens cela et je l’accepte. L’auto-empathie est un égoïsme sain qui a puissant pouvoir apaisant, ressourçant, recentrant et clarifiant. Nous en avons tous besoin à un moment donné, puis régulièrement. C’est normal comme situation. Vous avez besoin de retrouver une paix intérieure qui se diffusera pour apporter une paix extérieure, au sein de la cellule familiale.

Peut-être devriez-vous mettre en place des rituels de partage des sentiments de chacun afin d’extérioriser des frustrations, des joies. Cette écoute de soi est indispensable pour maintenir un équilibre émotionnel au sein de la famille. Chacun peut alors exprimer ses besoins (autant les enfants que les adolescents ou les adultes) librement. Et, croyez-moi, ça soulage énormément. On peut alors transformer nos peurs en besoins et désirs.

Exemple :
– J’ai peur d’échouer => j’ai envie de bien faire.
– J’ai peur de mourir => j’ai envie de vivre chaque instant pleinement.
– J’ai peur d’exprimer mes sentiments => j’ai envie d’être authentique et moi-même...

Les points clés de la quarantaine

La peur est l’une des conséquences de la quarantaine. On ignore combien de temps ça va durer, on a peur de l’infection, de la maladie, on a peur de découvrir qu’on peut perdre un tas de choses. C’est logique et parfaitement humain.

La durée de la quarantaine

À ce jour, on ignore combien de temps cette situation va durer. En effet, si les consignes sanitaires ne sont pas respectées (ou pas suffisamment), la situation va s’allonger, inévitablement. Pourtant, plus on est isolé, plus la santé mentale décline. Les études scientifiques démontrent qu’au-delà de 10 jours, plusieurs personnes expriment des syndromes de stress post-traumatiques.

Attention, cela ne veut pas dire que tout le monde va être mal au bout de 10 jours ! Au contraire. Chaque personne va pouvoir, agir en toute connaissance de cause et surtout ne pas se laisser aller. Nous sommes en famille, entourés des personnes que l’on aime et avec lesquelles, nous nous sentons en sécurité. C’est le plus important.

Les peurs de l’infection

Comme on le sait, l’infection est dangereuse pour tout le monde, et pas uniquement pour les personnes à la santé fragile. Nous sommes tous concernés, et nous le savons. C’est pour cette raison que la grande majorité des Français acceptent ce confinement, pour prendre soin d’eux et de leur famille. La plupart des personnes ont peur d’infecter leurs proches et c’est une réaction naturelle. C’est une source de stress et d’angoisse, surtout pour les personnes qui sont en contact direct avec le virus.

Prenez soin de vous, aussi bien de votre santé physique que mentale. #jerestechezmoi

La frustration et l’ennui

La routine est bousculée à cause de confinement. Or la routine est rassurante. Elle permet à chacun de trouver des points de repère dans la journée, dans la semaine, dans la vie. Elle est importante pour ne pas dire indispensable. La réduction des relations sociaux, des contacts physiques et de l’activité globale sociale n’aide pas du tout à se construire. La frustration naît du fait que nous ne pouvons plus avoir accès à nos libertés primaires. Elle s’exprime de diverses manières selon les individus et conduit à la colère ou à l’ennui.

Dans les deux cas, il est possible de s’en accommoder, à condition de garder à l’esprit que cette situation est temporaire. Nous sortirons du confinement plus fort et plus conscient encore de notre chance. La frustration s’oppose à la bienveillance, l’écoute et la patience. Apprenez à l’accepter, plutôt que la combattre vainement. Accueillez-la sereinement en vous et exprimez-la clairement. Vous avez besoin de crier, faites-le... vous vous sentirez bien mieux.

Les fournitures de première nécessité

Remplir les placards et le frigo est un réflexe humain, de conservation. Nous voulons, avant tout, protéger notre famille puis nous-mêmes. Il faut que nous puissions manger et boire, nous vêtir, être en sécurité. Pendant la quarantaine, nos repères sont mis à mal. Il faut donc apprendre à déplacer nos repères et nous en créer de nouveaux.

Passé le stade d’anxiété, des placards pleins et de la frustration, nous allons apprendre à faire autrement. Sachez toutefois qu’il est possible que la frustration et la crainte peuvent perdurer bien longtemps après la fin du confinement.

Les informations disponibles

Dans la mesure du possible, arrêtez de regarder en permanence les informations. Cela peut être anxiogène et source de stress inutile. De plus, il est très compliqué de faire le tri entre les fake news et les vraies informations. Privilégiez plutôt les sources officielles : gouvernement, gendarmerie, etc.

Des idées pour tromper l’ennui

L’ennui, c’est le pire ennemi des adultes (et des enfants), pourtant il est salutaire pour notre équilibre moral et mental. Parfois, l’ennui est obligatoire, parfois il est préférable de s’occuper les mains et la tête pour éviter de sombrer dans le défaitisme ou la dépression. Mais s’occuper dans un espace réduit et en plein confinement, ce n’est pas si évident que ça.

Commençons donc par toutes les activités possibles à réaliser en intérieur :
– les jeux : sur internet, vous trouverez de nombreux jeux de société ou de jeux de cartes à télécharger
– les lectures : entre ebooks et livres à télécharger, vous trouverez de saines lectures sur le web. Dans la mesure du possible, inutile de commander le format papier pour le moment (étant donné que les travailleurs mettent leur santé en danger pour honorer les commandes, peut-être peut-on les limiter depuis les grandes plateformes)
– les activités créatives : inventer de nouvelles choses est une façon de s’occuper saine et déculpabilisante.

Lorsque le temps le permet, essayez d’aller à l’extérieur — sans vous éloigner de votre domicile, bien entendu :
– faire du yoga sur la terrasse ou le balcon : cela détend le système nerveux et apaise l’esprit
– du sport : de nombreux sports peuvent être pratiqués en extérieur sur une petite surface, tentez de nouvelles expériences sportives
– la méditation : se recentrer sur soi-même, c’est le meilleur moyen de tuer l’ennui

Occupez-vous l’esprit pour éviter de cogiter trop les informations. Évitez de passer votre temps sur les écrans, les réseaux sociaux et les informations. Cette attitude peut vous rendre de mauvaise humeur et provoquer des tensions inutiles en vous. Profitez de ce beau soleil pour vous aérer tout en respectant les consignes de confinement.

On pense très fort à vous et on vous embrasse, en attendant que cette crise passe.