Agence événementielle, location structures gonflables pour enfants - particuliers & professionnels

En Charente-maritime (17) et Vendée (85)

MENU

Je parle, tu écoutes... tu parles, je m'excuse... nous sommes heureux !

Suivre un exemple et non des conseils

Les enfants ont une capacité d’observation exceptionnelle. Ils regardent, apprennent, reproduisent. Vous pouvez parler aussi fort et aussi longtemps que vous le voulez, votre enfant va juste refaire les mêmes gestes. Vous lui hurlez dessus, il va directement aller dans sa chambre et hurler sur son petit frère ou sa petite sœur, ou ses peluches. Bien entendu, cela va vous agacer sévèrement et le cercle vicieux est alimenté.

Il va être très compliqué d’en sortir. Gardez toujours à l’esprit qu’un enfant apprend en regardant et en reproduisant ce qu’il a vu. Il faut donc lui montrer l’exemple et non lui prodiguer vos précieux conseils. On parle du don d’imitation.

Une petite vidéo pour vous faire prendre conscience de la violence que l’on peut transmettre à un enfant avec un simple mot, une intonation ou une réaction face à une situation.

Avec l’expérience, l’apprentissage de la politesse passe aussi par l’exemple. Plus vous serez poli avec votre enfant (en disant merci, s’il te plaît, pardon, bonjour), plus il le reproduira en dehors de la maison.

Apprendre à s’excuser auprès d’un enfant

Un parent est un être humain. Il est loin d’être parfait, peut même se tromper. Le plus bel exemple que vous pouvez donner à votre enfant, c’est de vous excuser lorsque vous êtes en tort. Vous lui apprendrez deux choses dans ce cas-là :
– même les adultes peuvent s’excuser quand ils ont fait une bêtise
– un parent est une personne qui peut commettre des erreurs, mais qui sait les réparer

S’excuser, c’est reconnaître ses torts et ce n’est pas facile. Certains parents ont peur de perdre leur autorité en s’excusant auprès de leur enfant, mais il faut prendre conscience que c’est tout l’inverse. Il se construit en pendant que lorsqu’il sera adulte, il fera exactement ce qu’on lui a fait quand il était petit : il fait croire à ses enfants qu’il est parfait et qu’il n’a pas besoin de s’excuser.

Or, il sait parfaitement au fond de lui que c’est injuste. Ce sentiment le consume et peut être très compliqué à gérer une fois adulte. Cela peut même faire naître une certaine frustration.

Après des excuses, proposez à votre enfant, un véritable câlin et non un simple bisou ; un moment doux et chaleureux qui décharge le stress, de transformer une situation négative en une situation positive.

dialogue-bienveillance-enfant

Le TU qui Tue

Et si vous changiez légèrement votre façon de communiquer avec vos enfants ? Essayez, pour commencer, d’utiliser la première personne du singulier ou au lieu de la seconde. En effet, parler à la seconde personne est perçu comme étant l’équivalent d’une agression.
« Tu as fait ça ? Pourquoi tu as fait ça ? »
« Tu as encore fait une bêtise ! »
« Tu es vraiment casse-pieds ! Tu n’apprendras pas toi ! »

Je suis certaine que rien qu’en lisant ces phrases, vous sentez le sentiment négatif qui s’en dégage. ET je suis aussi certaine que vous les avez déjà prononcées et entendues. Il existe une technique simple pour mieux communiquer avec votre enfant : en exprimant vos propres sentiments !
Au lieu d’accuser votre petit, essayez de vous exprimer :
« Oh non, je suis triste que le vase soit cassé, maintenant »
« Je vois que les murs sont couverts de dessins au crayon... voici une gomme/éponge pour nettoyer. Je regarde »
« Je suis fatiguée de cette situation. Peut-on parler de ce qui ne va pas ? »

En changeant l’angle, vous transposez la responsabilité accusatrice. Cette technique vous permet d’ouvrir le dialogue et d’inciter l’enfant à s’exprimer à son tour. En ayant la parole, il pourra aussi vous faire part de son malaise, de son mal-être et même, en grandissant, vous présenter spontanément ses excuses. Pourquoi ? Parce que vous avez appris à votre enfant à détecter vos sentiments. Il peut alors faire preuve d’empathie et comprendre pourquoi vous ressentez ce sentiment. Il sait comment agir et réagir.

En hurlant simplement contre lui suite à une bêtise, il n’a pas de possibilité d’agir, puisqu’il subit juste votre colère. Instaurer le dialogue, c’est aussi se remettre en question en tant qu’adulte. C’est un chemin difficile et long, mais il est formateur pour tout le monde.

Donner de l’importance aux bonnes situations

Votre enfant réclame souvent de l’attention, mais, dans la vie quotidienne, ce n’est pas toujours possible. Toutefois, il est important de trouver l’équilibre. Votre enfant doit aussi comprendre que vous pouvez terminer ce que vous avez commencé. Mais il faut alors être disponible ensuite, pour créer cet équilibre si précieux dans le cercle familial.

Forcez-vous à faire une pause pour accorder du temps à votre enfant et à son histoire qu’il a à vous raconter (même si elle commence par « en fait » et que vous comprenez que ça va être long haha). Cherchez l’équilibre entre vos activités et les leurs.

Pour conclure sur la bienveillance de communication avec un enfant

Il n’est pas facile de transmettre les bons gestes. Cela demande de la discipline, quelques changements et un équilibre à atteindre. La bienveillance est un état d’esprit dans lequel on se place pour résoudre des situations dans lesquelles les sentiments tiennent une grande place.
Si vous avez des techniques bienveillantes que vous appliquez avec vos enfants, vous pouvez les partager avec nous :)