Agence événementielle, location structures gonflables pour enfants - particuliers & professionnels

En Charente-maritime (17) et Vendée (85)

MENU

Range ta chambre !!!

Tous les parents ont été confrontés à cet épineux problème : range ta chambre, range tes jouets, range tes chaussures... C’est lequel le vôtre ? Chez nous, tous les objets de la maison sont un jour passés par le « Range ». Et à chaque fois, malgré toute la bienveillance et la patience dont on peut faire preuve, c’est une bataille sans fin. Du coup, on a cherché des astuces pour que les petits rangent et apprennent à le faire sans stress. Voici donc 5 astuces que nous avons testées avec les enfants pour les inciter à ranger leurs affaires.

Jouer à ranger les affaires

Le jeu est le chemin le plus court pour guider l’enfant vers le résultat qu’on souhaite obtenir. Jouer à ranger avec un tout-petit est un bon moyen de l’inciter à ranger. En transformant la tâche à accomplir en jeu, l’enfant va capter une énergie positive éliminant alors l’habitude d’opposition et de friction. Comment faire ?

  • lancer un défi : il suffit de mettre en place un challenge avec l’enfant pour l’inciter à faire le rangement. N’oubliez pas que le rangement fait aussi parti de l’apprentissage d’un enfant. Ranger, c’est aussi prendre soin de ses affaires.
  • des objets : prenez un dé et jouer au rangement. Vous lancez le dé et il faut ranger autant de jouets que le nombre indiqué.
  • le croque-jouets : faites vous passer par un personnage qui donne des instructions rigolotes. Par exemple : utilisez le couvercle du coffre pour le faire parler en disant qu’il a faim et qu’il veut manger des jouets...

Le petit mot doux

Pour les tout-petits, mieux vaut privilégier le jeu pour obtenir l’apprentissage. Pour les plus grands, qui savent lire, vous avez d’autres possibilités pour attirer l’attention des enfants. En fin de compte, tout le monde aime recevoir de petits mots doux.

Pour les non-lecteurs, vous pouvez laisser un mot à l’enfant sous la forme d’un dessin par exemple. Même si vous laissez un mot écrit, cela touchera l’enfant et il viendra vous demander de lire la note.

Pour les lecteurs, vous pouvez écrire une note telle que : « S’il-te-plaît, range-moi, les livres et les jouets sont très lourds à porter. Bisous, ton bureau ! »

Transmettre des informations plutôt que menacer

Le rangement est une activité rebutante pour les enfants — pour les parents aussi d’ailleurs. Mais menacer, punir ou encore accuser n’est pas une solution efficace. Vous l’avez sûrement remarqué : ça ne donne pas grand-chose au final, en dehors de la frustration, des cris, et des pleurs.

Évitons le Tu qui tue et profitons-en pour utiliser le Je. Exemple :

  • Je vois des jouets partout dans la chambre. Il est temps de ranger un peu (en ouvrant le coffre à jouets).
  • Je vois des miettes partout sur le sol du salon. À mon avis les fourmis vont venir prendre le goûter avec toi. Le sol a besoin d’être balayé. Voici le balai !

Même si le geste n’est pas sûr et le résultat imparfait, ce n’est pas grave. C’est l’intention qu’il faut solliciter et féliciter pour le travail accompli. En effet, vous obtiendrez plus de résultats en demandant à l’enfant de réaliser une action plutôt qu’en imposant ou en ordonnant.

Laisser le choix à l’enfant de plus de 5 ans

Alors, attention, laisser le choix à l’enfant ne signifie pas qu’il peut tout faire ! Bien au contraire. Vous allez donner la possibilité à l’enfant de choisir certains éléments du rangement.

Donner le choix à un enfant va le valoriser et lui laisser une part de réflexion. Exemple :

  • Par quoi, on commence ? Le linge sale dans le panier ou bien les jouets dans le coffre ?
  • Peluches ou jeux de société, lequel en premier ?

Le principe des faux choix est une technique qu’il faut utiliser avec parcimonie, car l’enfant comprend vite qu’il existe un 3e choix ! Il n’est donc pas impossible que vous obteniez une réponse du genre :

  • bin choisi et fais-le toi-même ! haha

C’est du vécu ça !

Chercher et trouver des solutions à deux

Valoriser l’enfant, c’est aussi l’impliquer dans des décisions et des actions. Commencez donc par reconnaître les émotions et les sentiments de l’enfant. Je ne doute pas que vous le fassiez déjà, mais là, il s’agit de communiquer précisément avec lui.

Sonder les sentiments de l’enfant au moment où vous souhaitez entamer le rangement d’une pièce, est un excellent point de départ. Lui demander de s’exprimer lui permet de partager avec vous un sentiment. Il sera alors plus enclin à accepter une demande de votre part puisque vous avez pris le temps de discuter.

En parlant avec votre enfant, vous pouvez lui demander ses idées pour ranger. Son imagination est votre meilleure arme et vous pouvez le guider avec des idées saugrenues. Ensuite, sélectionnez les idées les plus pratiques et faciles à mettre en place et passez à l’action.

Vous êtes l’adulte

En tant qu’adulte, vous êtes l’autorité et le guide pour l’enfant. En partageant vos propres sentiments avec l’enfant, vous lui montrez qu’il est comme vous, à son niveau. En fonction de son développement cognitif et de ses capacités personnelles, il est en mesure de réaliser certaines actions.

Attention tout de même à ne pas être dupe : un enfant de 5 ans est capable de ranger ses affaires, de débarrasser son assiette après le repas et même de ranger son pyjama après s’être habillé, mais parfois, il n’a tout simplement pas envie. C’est plus drôle de jouer !

Pensez donc à bien vérifier ses capacités avant de vous dire qu’il est trop jeune pour faire ce que vous lui demandez... petits coquins !